Pourquoi intégrer plus de naturel dans nos cosmétiques?

Article écrit par René et Gigi pour le blog www.yogaautourdumonde.com


Avant d’entrer dans le monde fascinant de la cosmétique naturelle, il est important de mettre en lumière que nous sommes des êtres imparfaits, que la recherche de la perfection n’est pas un but en soi, et qu’il est nécessaire de faire preuve de patience et d’indulgence envers la personne que l’on est.


Le but de ce sujet est de vous guider dans une transition vers des modes de consommations plus sains, plus éthiques, de vous éclairer sur une situation globale et de vous reconnecter à la nature ainsi qu’à vos propres besoins. Ce changement doit être effectué à votre rythme, dans le respect de soi, sans entrer dans un cercle moralisateur qui n’aurait pour résultats que d’engendrer un effet de culpabilisation, de frustration ou de sentiment de mal faire. Je suis convaincue que ce sont les petits efforts mis bout à bout qui mèneront à des résultats satisfaisants tant sur un plan personnel que collectif. Il est primordial de se faire confiance et d’évoluer à son rythme.


C’est parti, je vous embarque avec moi dans ce sujet palpitant qui est celui de « pourquoi intégrer plus de naturel dans nos cosmétiques? »

Tout d’abord, qu’est ce qu’un produit cosmétique et à quoi nous sert-il vraiment ?

Depuis la nuit des temps les hommes et les femmes utilisent des soins un peu magiques, des remèdes destinés à améliorer ou à entretenir leur apparence. Que ce soit pour se distinguer socialement, communiquer des émotions, ou tout bonnement un outil de séduction, on distingue trois grandes familles de cosmétiques : les produits de maquillage qui servent principalement à nous donner meilleure mine voir à complètement masquer nos petits défauts, les produits d’hygiènes qui eux nous permettent de rester propres et frais tout au long de la journée, et enfin les produits de soins qui ont pour but d’apporter un mieux être, un confort et de soigner certains petits maux.

En résumé, un produit cosmétique est censé me rendre « plus sûre de moi », m’aider à me sentir mieux dans mon corps ou plus simplement à rester propre et en bonne santé.

Seulement, si nos ancêtres savaient utiliser des produits simples et naturels, notre société est tellement obsédée par son apparence et son besoin de consommer qu’elle ne cesse de repousser les limites de l’acceptable.

Tests sur les animaux, désastres écologiques et sanitaires, surconsommation et publicité mensongère, pesticides et dérivés pétrochimiques, voilà aujourd’hui de quoi sont faits nos produits cosmétiques. C’est pourquoi et à mon sens, les 3 principales raisons de passer au naturel sont principalement sanitaires, écologiques et économiques.

Commençons par la raison sanitaire, celle qui nous touche dans l’immédiat.

Je ne vous apprendrai certainement pas grand chose en vous parlant des scandales causés par certaines substances reconnues nocives par les autorités de santé comme les parabènes, les silicones, PEG et autres petits ingrédients bien sympathiques. Substances que l’on retrouve malgré tout dans la plupart de nos cosmétiques. On ne s’attardera pas non plus sur le sujet très controversé des perturbateurs endocriniens, sujet plus qu’alarmant. Mais ne nous étonnons pas alors de notifier une augmentation constante des allergies, des problèmes respiratoires et autres réactions cutanées.

Les produits que nous utilisons de nos jours n’ont malheureusement plus rien de naturels et peuvent présenter à plus ou moins long terme un réel danger pour notre santé.


En ce qui me concerne, j’ai décidé il y a des années de ne mettre ma sur peau que des produits non toxiques. La peau étant une vraie éponge il me semble normal de ne pas la saturer de substances nocives au risque qu’elles en passent les barrières et entrent dans le sang pour ensuite venir détraquer la machine.

Avez vous déjà essayé de déchiffrer les étiquettes de vos produits ? Non, pas de panique c’est tout à fait normal ! A moins d’être un petit génie de la chimie, il est quasiment impossible de s’y retrouver sans avoir au préalable eu à identifier les substances que vous souhaitiez éviter.

Venons en maintenant à l’aspect écologique du problème, celui qui nous touche sur le long terme. Celui où les générations futures vont haïr leurs parents et grands parents. Celui que beaucoup de gens pensent secondaire car ils ne seront pas directement impactés. Donc à quoi bon faire des efforts puisque je serai morte d’ici là?

Si vous doutiez encore de l’impact négatif de nos modes de consommations sur notre environnement immédiat je suis au regret de vous informer que vous faites fausse route. Et si les substances utilisées pour préserver notre jeunesse éternelle sont nocives pour nous, imaginez l’effet que des centaines de milliers de litres de produits chimiques reversés dans la nature peuvent avoir sur notre écosystème.

Faut-il attendre de voir des singes sans rides, des lions sans pellicules ou des éléphants sans cellulite pour réagir ?

En plus d’être néfaste à la faune, la flore est également et largement touchée par ce problème. On retrouve aujourd’hui un nombre incroyable de substances chimiques en tout genre dans l’eau que nous consommons, mais également directement dans la terre qui va servir de nutriments à notre propre nourriture. Sans parler du fléau écologique que représente la production massive de déchets plastiques par le biais du marketing de masse et de la sur-consomation. Notre brosse à dents n’a rien à faire dans la narine d’une pauvre tortue ou dans le gosier d’un pélican.

Selon la fédération des producteurs de plastique PlasticsEurope, 265 millions de tonnes de plastique sont produites chaque années dans le monde. L’Europe qui n’est pas le plus mauvais élève ne recycle que 33% de ses matières plastiques. Le reste finit directement dans nos océans, les décharges massives, ou brulé à l’air libre. Imaginez un peu le problème que représente la gestion de ce genre de déchets.

La solution ? Consommer moins pour produire moins de déchets ! Evidemment je ne vous parle pas d’un retour à l’ère de Cro-Magnon et encore moins de vivre hors de son temps. Seulement essayons de faire preuve de discernement et de ne pas se laisser tenter par les messages publicitaires répétitifs qui nous vantent les mérites de tels ou tels produits. Dans la majorité des cas vous n’en avez pas besoin. On peut également décider de limiter ses déchets en adoptant un mode de vie basé sur l’idéologie zéro déchet.

Le principe est simple on consomme moins, plus durable, plus éthique, on évite les produits à usage unique, on réutilise les produits de seconde main et surtout on se reconnecte à nos véritables besoins.

On peut par exemple, essayer de réduire ses déchets en remplaçant les cotons jetables par des disques lavables. Cela ne représente pas un changement de vie radical mais à long terme vous ferez de nombreuses économies. C’est donc tout naturellement que cela m’emmène vers la troisième raison de pourquoi passer au naturel: la raison économique!

J’entends souvent les gens avec qui je discute me dire que c’est bien sympa tout ça mais que les produits « bio » ça coûte un bras ! Et bien oui et non, ou plutôt non, non et oui. Effectivement à mode de vie égal et avec de mauvaises informations, il est facile de retomber dans les bras de la sur-consomation et du matraque publicitaire, même en consommant « bio ».

On voit de plus en plus de grandes marques sortir des gammes « naturelles » alors que la majorités de leurs gammes « classiques » sont bourrées de cochonneries. Tout ça dans l’unique but d’exploiter un nouveau filon marketing et de gagner des parts de marché. Et généralement ces produits sont en effet un peu plus chers.

Seulement, à mon sens passer au naturel c’est adopter un mode vie, une philosophie, celle d’écouter ses besoins et d’être le propre maitre de sa consommation.

Je vous assure que vous n’avez pas besoin de 50 produits dans votre salle de bain et que les promesses de jeunesse et de beauté de toutes ces marques ne sont que chimères et illusions. De simples outils marketing destinés à vous séduire et à vous faire croire que vous ne serez pas heureux si vous ne cédez pas à la tentation. Je vous assure que tout cela est faux.

Une bonne routine de soins adaptée à votre type de peau composée seulement de deux ou trois produits naturels et de qualité sera bien plus efficace que toutes les crèmes et sérums aux extraits miraculeux de poussières d’étoiles que l’on peut trouver dans les rayons de notre supermarché. Le moins est souvent l’ami du mieux !

En adoptant ce mode de vie vous verrez alors le nombre de produits sur vos étagères diminuer considérablement en même temps que votre budget cosmétique. Dans cette optique, il existe un grand nombre d’alternatives naturelles qui s’adapteront à toutes les bourses et toutes les envies.

La plus économique : fabriquer vous même vos propres produits. Vous trouverez aujourd’hui de nombreux ateliers qui proposent de vous apprendre à réaliser votre crème pour le visage, votre shampoing ou tout autre produit cosmétique. La simplicité des recettes, le côté ludique et le faible coût de revient du produit séduit aujourd’hui de plus en plus de monde.

Si vous avez un peu moins de temps, ou tout simplement si vous préférez vous tourner vers des produits tout faits il existe de nombreuses marques éthiques et naturelles.

Du petit artisan (que j’affectionne particulièrement) à la marque naturelle de luxe en passant par les produits bruts, un grand nombre de possibilités s’offrent à vous pour consommer naturel, sain et éthique.

Prenons l’exemple du déodorant qui est un produit très controversé de par la présence de sels d’aluminium dans la plupart des formulations « classiques ». C’est un produit très facile à réaliser soi même et peu couteux. De nombreuses marques naturelles proposent également des produits adaptés à vos envies. Enfin si vous transpirez peu vous pourrez tout simplement utiliser de l’huile de coco directement appliquée sur les aisselles.

Il est important de garder en tête que la fonction d’un déodorant n’est pas de stopper la transpiration mais d’éviter le développement des mauvaises odeurs et de bactéries. Il est naturel et primordial que votre corps transpire. Utiliser un déodorant pour bloquer cette fonction est une erreur et cela vous privera d’un moyen naturel d’éliminer les toxines.

Aujourd’hui de plus en plus de boutiques spécialisées dans le bio ou la cosmétique naturelle voient le jour et vous permettent de trouver les produits dont vous avez besoin. Si malheureusement vous n’avez pas de magasins de ce genre à proximité, une foultitude de sites e-commerces se feront un plaisir d’apporter le naturel à votre porte.

De plus, comme mentionné plus haut, certaines grandes enseignes de cosmétiques se mettent également au vert.

Je ne vous dirai pas que je suis fan de ce genre d’initiatives un peu hypocrites à mon sens, mais il n’empêche que cela rend les cosmétiques naturels accessibles, et que l’on peut acheter son gel douche « bio » dans presque n’importe quel supermarché. Même si j’ai personnellement fait le choix d’éviter ces marques, je me dois de vous présenter les différentes alternatives aux produits cosmétiques « classiques », dont font partis les gammes « bio » de ce genre de grandes marques.


En conclusion je vous dirai de vous faire confiance et de consommer en faisant preuve de bon sens.

Identifiez vos besoins et vous verrez que vous ne vous en sentirez que plus léger. Personne n’est parfait, commencez peut être simplement par remplacer un ou deux produits, il n’y a pas de petites initiatives.

Gardez en tête que cela prend du temps de changer une habitude, mais une fois que celle ci est bien mise en place elle devient naturelle et évidente. N’hésitez pas à parler de cette démarche et prendre conseils auprès des personnes qui ont déjà fait ce chemin avant vous. De nombreux sites et blogs sont de vraies mines d’informations, et c’est en échangeant que vous grandirez dans cette belle aventure.

#reneetgigi #consommerautrement #zerowaste #cosmetiquenaturel #slowcosmetique #diy #atelierdiyparis #faitmaison



109 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout